Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
fonsbandusiae - cours de latin

Des mètres

15 Décembre 2012, 07:00am

Publié par Danielle Carlès

Voir :  Versification latine : Présentation

 

♦ Les vers les plus réguliers se composent finalement de mesures en nombre donné selon un mètre, qui peut correspondre à un ou deux pieds de base. 

Pour parler ici des plus fréquents :

- le mètre dactylique équivaut à un seul dactyle : |— ∪ ∪|

mais sont égaux à deux pieds :

- le mètre ïambique = deux ïambes |∪ — ∪ —|

- le mètre trochaïque = deux trochées |— ∪ — ∪|

- le mètre anapestique = deux anapestes |∪ ∪ — ∪ ∪ —|

♦ Les principaux vers sont nommés, d'après le grec, selon :

- la nature (dactylique, ïambique, trochaïque, anapestique, etc.)

et

- le nombre des mètres : dimètre (x 2), trimètre (x 3), tétramètre (x 4), pentamètre (x 5), hexamètre (x 6).

♦ Il ne faut pas croire qu'un vers n'est composé que du mètre « pur » auquel il doit son nom, bien loin de là. 

◊ Dans l'hexamètre dactylique seule la 5ème mesure est obligatoirement un dactyle, les 4 premières peuvent être remplacées par des spondées, la 6ème est soit un spondée, soit un trochée.

Ce qui pourrait aussi se dire : ..., toutes les autres mesures peuvent être remplacées par des spondées, la dernière étant catalectique avec dernière syllabe indifférente.

Voici un exemple ne comportant que des spondées à l'exception du 5ème dactyle :

cum Juno æternum servans sub pectore volnus (Virg. Én. I v. 36)

|CUM /  | N(o)Æ / TER | NUM / SER | VANS / SUB | PEC / TŎ / RĔ VOL / NUS|

| — — | — — | — — | — — | — ∪ ∪ | — — |

♦ Il y a aussi une autre nomenclature s'appliquant aux vers latins : quaternaire (x 4), sénaire (x 6), septénaire (x 7) et octonaire (x 8) ici d'après le nombre de pieds

Pour les vers dont le mètre équivaut à deux pieds, il y a donc les correspondances : dimètre / quaternaire, trimètre / sénaire, tétramètre / octonaire.

À noter que l'apellation de septénaire ne correspond pas strictement à un vers de sept pieds, mais plutôt à un octonaire (ou tétramètre) dont le dernier pied est catalectique (en somme, un vers de sept pieds et demi). On rencontre ce type de vers dans la comédie latine.

◊ Quelques exemples de trimètres / sénaires ïambiques chez Horace :

- ne comportant que des mesures « pures »

 petamus arva, divites et insulas (Hor. Ép. 16 v. 42)

| PĔ /  / MŬ / SAR | VĂ /  / VĬ /  | SĔ / TIN / SŬ / LAS | 

| ∪ —   ∪ — | ∪ —   ∪ — | ∪ —   ∪ — | 

 - avec un spondée à la place du premier ïambe de chaque mesure (le spondée se substitue fréquemment à l'ïambe comme à d'autres pieds)

Neptunus alto tundit hibernus salo (Hor. Ép. 17 v. 55)

NEP /  / NŬ / SAL |  / TUN / DĬ / T(h)Ī | BER / NUS / SĂ /  |

— —  ∪ — | — —  ∪ — | — —  ∪ — |

 - dernière mesure catalectique (elle ne comporte que trois syllabes)

 trahuntque siccas machinæ carinas (Hor. Ode I, 4 v. 2)

 | TRĂ / (h)UNT / QUĔ / SIC | CAS /  / CHĬ /  | CĂ / RĪ / NAS |

| ∪ —  ∪ — | — —  ∪ — | ∪ —  — |

- avec un dactyle se  substituant à un ïambe

(Selon le raisonnement : si ∪ — = — — et — = ∪ ∪ alors  ∪ — = ∪ ∪ — ou — ∪ ∪ ou ∪ ∪ ∪, par « résolution » des syllabes longues.)

deripere lunam vocibus possim meis (Hor. Ép. 17 v. 78)

| / RĬ / PĔ / RĔ / NAM / / CĬ / BUSPOS / SIM / MĔ / IS |

— ∪ ∪  ∪ — | — —  ∪ — | — —  ∪ — |

- avec des tribraques (possible, mais plus rare)

alitibus atque canibus homicidam Hectorem (Hor. Ép. 17 v. 12)

|Ā / LĬ / TĬ / BŬ / SAT | QUĔ / CĂ / NĬ / BŬ / S(h)Ŏ / MĬ | / D(am)(h)EC / TŎ / REM|

| — ∪ ∪  ∪ — | ∪ ∪ ∪  ∪ ∪ ∪ | — —  ∪ — |

♦ Certains vers (lyriques) sont nommés d'après le nom des poètes grecs qui les ont illustrés / inventés et le nombre de leurs syllabes, ainsi des ennéasyllabe (x 9), décasyllabe (x 10) et hendécasyllabe (x 11) qui se trouvent en combinaison dans les strophes alcaïques (d'Alcée). 

Bien des poètes grecs ont donné leur nom à un vers particulier reproduit dans la poésie lyrique latine, en particulier par Horace.

Commenter cet article